POURQUOI CERTAINS HOMMES DETESTENT-ILS TANT L’AVORTEMENT?

 

« Les hommes fournissent aux femmes, plus ou moins régulièrement, une partie de leur soutien matériel, dans un contexte plus général où ils font en sorte qu’il soit difficile pour les femmes de subvenir à leurs propres besoins. Mais ce sont les femmes qui fournissent aux hommes leur énergie et leur envie de vivre: les mâles sont portés par les femmes. Et ils ne peuvent apparemment pas se passer de ce soutien.
Le parasitisme des hommes envers les femmes est mis en évidence par la panique, la rage et l’hystérie qu’ils manifestent à l’idée d’être abandonnés par elles. Les travaux de Jesse Bernard et de George Gilder soulignent que les hommes sont nombreux à développer des maladies mentales, à tomber dans la délinquance, l’alcoolisme, à contracter des infirmités physiques, à perdre leur emploi, à se droguer et à souffrir de névroses quand ils sont privés des soins et de la compagnie d’une compagne–ou gardienne. Tandis que les femmes qui n’ont pas de compagnon sont en bien meilleure santé et plus heureuses que celles qui vivent avec un homme. Et la littérature abonde en exemples de « cannibalisme masculin », d’hommes qui s’alimentent de l’énergie des femmes. Les images de ce cannibalisme sont communes dans la pornographie: les femmes y sont assimilées à de la nourriture, et la sexualité au fait de manger.
Et dans les écrits masculins, le thème des hommes dérivant une jouissance intense de battre, violer ou tuer des femmes (ou juste de les terroriser) est aussi commun. Grâce à ces interactions avec les femmes (ou plutôt à ces actions sur les femmes), les hommes se sentent bien, rafraîchis, rajeunis, ré-énergisés. Ils se sentent épuisés et vidés par le fait de vivre seuls, ou entre hommes, ils revivent et sont rafraîchis et resuscités quand ils rentrent à la maison, qu’on leur sert leur diner, qu’ils trouvent des vêtements propres, et qu’ils ont des rapports sexuels avec leur femme. Ou qu’ils passent à l’appartement d’une amie pour boire un verre, ou qu’ils ramassent une prostituée pour une évasion dans leurs fantasmes sexuels favoris. Ou en violant des femmes réfugiées suite à leurs guerres. Les soins des femmes, qu’ils soient gratuits ou payants, c’est ce qui restaure en eux la force, la détermination et la confiance pour qu’ils puissent continuer ce qu’ils appellent vivre.
S’il est vrai qu’un aspect fondamental des relations entre les sexes est le parasitisme masculin, cela peut expliquer pourquoi certaines questions enragent particulièrement les masculinistes. Par exemple, l’avortement….
Le fetus vit parasitiquement; c’est un animal distinct qui se nourrit de la vie (du sang) d’une autre créature animale. Il est incapable de survivre sur ses ressources propres. S’il est vrai que les mâles patriarcaux vivent parasitiquement sur les femelles, il semble raisonnable de supposer que beeaucoup d’entre eux sont d’une certaine façon conscients du parallèle entre leur situation et celle du fetus. Ils peuvent facilement s’identifier au fetus. La femme qui est libre de voir le fetus comme un parasite, qui a le droit d’avorter, peut être libre de voir l’homme comme un parasite. La volonté de cette femme de couper la ligne de vie vers l’un des parasites suggère une volonté de couper aussi les vivres à l’autre parasite. La femme qui est capable (légalement, psychologiquement, physiquement) de décider, dans son propre intérêt et en toute indépendance, de rejeter l’un des parasites est capable de rejeter le fardeau de l’autre–avec la même détermination et la même indépendance. Aux yeux de l’autre parasite , l’image d’une femme qui décide d’avorter de façon totalement auto-déterminée, sans même l’esquisse de la moindre soumission rituelle au veto masculin, est l’image en miroir de la mort.
Les hommes qui sont contre l’avortement s’inquiètent du rejet PAR LES FEMMES ET SELON LE BON PLAISIR DES FEMMES de quelque chose qui vit parasitiquement en elles ».
Ils s’inquiètent non à cause des enfants, ni des personnes âgées (dont s’occupent aussi les femmes) mais parce que « les hommes seront les prochains ».

(Marilyn Frye, universitaire (professeur de philosophie), lesbienne et féministe de la deuxième vague, « The Politics of Reality ».

Traduction Francine Sporenda

TRIBKCPQ.FILES.WORDPRESS.COM

LikeShow more reactions

Comment

14 Comments
Comments
Sandrine Rodriguez
Sandrine Rodriguez Wouf!
Ça fait peur et mal
Mais ça me parleSee More
LikeShow more reactions

 · Reply · 

3

 · Yesterday at 1:00pm

Remove

Isabelle Moisse Lapierre
Isabelle Moisse Lapierre Je peut partagé .
LikeShow more reactions

 · Reply · 

1

 · Yesterday at 1:05pm

Remove

Anita Slipmaster
Anita Slipmaster Cette claque! 😮 J’adore!
LikeShow more reactions

 · Reply · 

1

 · Yesterday at 1:06pm

Remove

Francine Sporenda
Francine Sporenda C’est ce que je pense depuis longtemps: les hommes patriarcaux craignent par dessus tout que les femmes les traitent comme ils traitent les femmes. Une des formes de féminicide mise en oeuvre par le patriarcat, c’est l’avortement sélectif des fetus femSee More
LikeShow more reactions

 · Reply · 

18

 · Yesterday at 1:10pm · Edited

Manage

Anita Slipmaster replied · 6 Replies · 5 hrs
Maria-Carmen Velo
Maria-Carmen Velo Je plussoie et je me permets de partager…
LikeShow more reactions

 · Reply · Yesterday at 1:09pm

Remove

Stéphanie Speranza
Stéphanie Speranza whaou c’est tellement bien dit…
LikeShow more reactions

 · Reply · Yesterday at 1:15pm

Remove

Francine Sporenda
Francine Sporenda partagez comme vous voulez bien sûr.
LikeShow more reactions

 · Reply · 

4

 · Yesterday at 1:15pm

Manage

Gregoria Gutiérrez Oliva
Gregoria Gutiérrez Oliva Traduit et partagé!
LikeShow more reactions

 · Reply · 

2

 · Yesterday at 1:19pm

Remove

Gregoria Gutiérrez Oliva replied · 3 Replies
Corinne Guyonnet
Corinne Guyonnet Depuis un moment, j’avais envie d’écrire sur les hommes parasites…hé bien c’est fait et bien fait !
LikeShow more reactions

 · Reply · 

6

 · Yesterday at 1:31pm

Remove

Victoria Kandisky
Victoria Kandisky Parasites et vampires. Un fait de société.
LikeShow more reactions

 · Reply · 

5

 · Yesterday at 2:32pm

Remove

Isabelle Moisse Lapierre replied · 1 Reply
Itô Noé
Itô Noé L’homme est un parasite pour la femme…je partage. Merci. Changer nos façon de voir les mensonges patriarcaux en des vérités éclatantes, c’est tellement important.
LikeShow more reactions

 · Reply · 

5

 · 20 hrs

Remove

Livia Bowie-Bathory
Livia Bowie-Bathory Merci pour ce partage !!
LikeShow more reactions

 · Reply · 

2

 · 13 hrs

Remove

Lora Crohain
Lora Crohain Merci. Ma capacité d »analyse ne sera peut-être jamais complètement nettoyée de la bouse patriarcale, j’ai donc grand besoin de celle de femmes qui voient plus clair que moi.
LikeShow more reactions

 · Reply · 

2

 · 5 hrs

Remove

Claude Pugnotti
Claude Pugnotti entièrement d’accord avec vous Francine Sporenda……
LikeShow more reactions

 · Reply · 

1

 · 2 hrs

Remove

  • Close

    Elo Tanit likes your comment: « L’éducation des hommes n’a qu’un impact… »

    a few seconds ago

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s